Cameroun - Afrique abc@blogueurs.cm

From the blog

Théophile Hiom Hiom II : le blogueur du jour

Je m’appelle HIOM HIOM II Théophile Gautier, et pour des raisons de convenance, je me présente comme Théophile HIOM II. Mes parents sont tous deux de la Sanaga Maritime, mais je suis un bon mélange de cultures, ayant grandi et fréquenté plusieurs zones de mon pays.

Je découvre le blogging en 2013. Cette année-là, en raison de plusieurs événements, je pense (naïvement) avoir mon mot à dire sur l’actualité du pays.

Je commence donc à donner mon avis sur l’actualité camerounaise sur ma page Facebook (que je fréquentais assidûment à l’époque). Des gens lisent, et quelqu’un en Allemagne, que je ne connaissais pas personnellement, me contacte et me suggère de créer un blog, afin de pourvoir m’exprimer plus librement, et de toucher un plus grand auditoire. La popularité n’était pas mon but, mais j’accepte de créer l’outil tout de même. Il me conduit pas à pas, jusqu’à la création en 2014 de https://theohiom2.wordpress.com.

Comme indiqué plus haut, je ne fais rien d’autre que donner mon avis sur l’actualité camerounaise, un avis bien sûr, subjectif. Sur tous les sujets, y compris la politique. Quand cela n’a pas trait à l’actualité, je pars d’un événement vécu (je n’invente rien), pour donner un point de vue général.

Je n’ai jamais vraiment cherché à passer à une étape supérieure dans la gestion de mon blog ou dans les missions que je lui assigne, et je dois avouer que mes lacunes dans le domaine du blogging sont assez grandes. En me perfectionnant, je gagnerai peut-être un plus grand auditoire. Mais la popularité tant virtuelle que réelle n’est pas vraiment un objectif pour moi, donc ces lacunes ne sont pas ressenties au quotidien.

Après six ans d’activités sur mon blog, ma passion est toujours aussi grande, mais au quotidien, la passion ne suffit pas. Je suis passé de deux billets par jour au début, à deux billets par mois jusqu’en 2018, et depuis l’année dernière, je n’ai plus de fréquence. Je publie quand je peux. Ceci est dû à mes obligations quotidiennes, mais aussi à la réserve qui m’est imposée, tant par moi-même que par la loi.

Je suis marié à une charmante épouse (j’aime parler de ma femme), et nous avons un fils, pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *